menu 1

Les dix dernières nuit du Ramadan

Les dix dernières nuits du Ramadân

De l’érudit ibn Radjab el-Hanbalî

 Au Nom d’Allah, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux

Selon `A’icha (radiya Allahou `anhâ) : « Arrivé au dix derniers jours, le Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم), serrait son Izâr [1], faisait vivre ses nuits, et réveillait sa famille. » Dans une version, il est précisé : « il faisait vivre ses nuits, réveillait sa famille, redoublait d’efforts, et serrait son Izâr. » [2].Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) privilégiait de faire certaines œuvres les dix derniers jours du Ramadân qu’il ne faisait pas le reste du mois. Entre autre, il faisait vivre ses nuits. Il est possible que cela signifie qu’il restait éveillé la nuit entière. Dans un hadîth de `A’isha en effet, celle-ci explique : « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) alternait les vingt premiers jours entre la prière et le sommeil, mais s’il venait les dix -autrement dit les dix derniers jours-, il ‘’relevait les manches’’ et serrait son Izâr. » [3]. Cela peut vouloir dire également qu’il faisait vivre la plus grande partie de la nuit. Cette hypothèse se fonde sur le Propos que nous rapporte Muslim dans son recueil Sahîh, selon lequel `A’isha déclare : « Je ne pense pas qu’il ait passé la nuit en prière jusqu’à l’aube. » Par ailleurs, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) veillait à lever sa famille au cours des dix dernières nuits indépendamment des autres jours. Soufiyân Thawrî affirme : « Quand les dix derniers jours arrivent, je préfère que quelqu’un prit la nuit, qu’il redouble d’effort, qu’il lève sa famille (sa femme) et ses enfants pour la prière s’ils se sentent capables de le faire. » Il est certifié à cet effet que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) frappait à la porte de Fatima et de `Alî pour leur dire : « Ne devriez-vous pas vous lever pour prier ! » [4].

Il avait pour habitude de réveiller `A’icha avant de faire le Witr, au terme de sa veillée qu’il consacrait à la prière. Les Textes encouragent mutuellement les époux à se réveiller la nuit pour se vouer à la prière et le cas échéant de faire gicler de l’eau sur le visage du conjoint dont le sommeil serait trop lourd. D’après el-Mawatta, `Omar ibn el-Khattab priait la nuit la durée qu’Allah avait voulu. Au milieu de la nuit, il réveillait sa famille en s’écriant : « La prière ! La prière ! » Il récitait notamment ce Verset : (Ordonne la prière à ta famille et endure-la) [5]. La femme d’Aboû Mohammed Habîb el-Fârissî lui répétait la nuit : « La nuit est partie alors qu’entre nos mains le chemin est long et nos provisions sont bien maigres. La caravane des pieux est passée devant nous et nous sommes restés sur place. »

« O dormeur de la nuit ! Combien dors-tu !
Lève-toi mon amour [6] ! Le rendez-vous est proche
Prend de la nuit et de ses instants
Un passage quand le dormeur a prit sa couche
Qui dort au terme de la nuit
N’atteint aucun rang ni s’en approche »

A cette occasion, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) serrait notamment son Izâr. Les avis sont partagés pour expliquer le sens de cette expression. Certains savants prétendent que c’est une façon d’exprimer les efforts intensifs et intenses qu’il consacrait à l’adoration, mais cette hypothèse est sujette à discussion. En réalité, elle signifie qu’il s’isolait de ses femmes ; c’est ainsi que les prédécesseurs et les références anciennes comme Soufiyân Tawrî l’ont interprété. Une autre hypothèse avance qu’il ne se mettait plus au lit jusqu’à la fin du Ramadân. Dans le hadîth d’Anas en effet, il est précisé : « Il pliait son lit et s’isolait de ses femmes. »

Certains anciens assument concernant l’exégèse du Verset suivant : (maintenant vous pouvez les approcher, et recherchez ce qu’Allah vous a écrit) [7] que cela correspond à rechercher la Nuit du Destin. Cela voudrait dire qu’Allah (soubhânahou wa ta`âlâ) a autorisé d’approcher les femmes pendant les nuits du Ramadân jusqu’au moment de distinguer entre un fils blanc et un fils noir. Il a enjoint avec cela de rechercher la Nuit du Destin afin que les musulmans ne passent pas toutes les nuits du mois à profiter des relations licites avec leurs femmes au risque de laisser échapper la Nuit du Destin. En outre, Il a ordonné de rechercher la Nuit du Destin à travers la prière nocturne, surtout les nuits où il est plus propice de coïncider avec celle-ci. A partir de là, on peut comprendre pourquoi le Prophète (صلى الله عليه و سلم) voyait ses femmes les vingt premiers jours pour ensuite s’isoler d’elles afin de se concentrer à sa quête de la Nuit du Destin les dix derniers jours.

En outre, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) prenait son repas du matin juste avant l’aurore. Selon `A’icha et Anas, les dix derniers jours, il prenait son repas du soir avant l’aurore . Les termes de `A’icha sont les suivants : « Le Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم) dormait et priait pendant le Ramadân. Les dix derniers jours, il serrait son Izâr, s’éloignait de ses femmes, se douchait entre les deux Adhân, et prenait avant l’aube son repas du soir. » [8]. Selon Aboû Sa`îd el-Khoudrî, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Ne jeûnez pas sans interruption ; quiconque voudrait le faire sans interruption doit s’arrêter au moins juste avant l’aurore.
– Toi, tu jeûnes bien sans interruption, lui a-t-on fait remarquer !
– Je ne suis pas comme vous, a-t-il répliqué. Quelqu’un la nuit me nourrit et m’abreuve. »
[9]

Visiblement, il continuait de jeûner toute la nuit. Il le faisait probablement pour mieux affronter les dix dernières nuits. Il n’en était pas plus affaibli étant donné qu’Allah le nourrissait et l’abreuvait.

De plus, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) se douchait entre les deux prières de la nuit. Comme nous l’avons déjà vu avec le hadîth de `A’icha, il se douchait entre les deux Adhân ; Autrement dit entre l’Adhân du Maghreb et celui du `Icha. Ibn Jarîr a souligné : « Les anciens appréciaient se doucher toutes les nuits des dix derniers jours. Nakha’î s’y douchait toutes les nuits. Certains se douchaient et se parfumaient les nuits les plus propices à la Nuit du Destin. Ayyoûb Sikhtiyânî consacrait sa douche la nuit du vingt-trois et celle du vingt-quatre. Il revêtait deux vêtements neufs, se parfumait à l’encens, et disait : « La vingt-troisième nuit, c’est la nuit des gens de Médine, et la suivante c’est la notre », il entendait par-là les habitants de Bassora. »

Il devient clair à travers cela qu’il est recommandé les nuits où l’on espère coïncider avec la Nuit du Destin de se laver et de se faire beau. Cela consiste à se faire propre en se douchant, se parfumant, et en portant des beaux vêtements comme il est légiféré de le faire le vendredi et les jours de fête. Il est légiféré également de se faire beau pour les prières en général. On ne peut embellir pleinement son extérieur sans embellir par-là même son intérieur à travers le repentir et le retour à Dieu (soubhânahou wa ta`âlâ) en se purifiant le cœur des souillures des péchés. Il ne sert à rien d’entretenir son aspect extérieur et de laisser l’intérieur complètement délabré.
Il n’est pas décent de s’entretenir avec les rois en privé sans peaufiner et purifier le corps et l’esprit en même temps. Que dire des relations avec le Roi des rois, Lui qui connaît les secrets les plus cachés. Il ne se contente pas de regarder vos aspects extérieurs, mais Il considère vos cœurs et vos actes. Quiconque se tient devant Lui doit embellir son corps par sa tenue et son cœur par le manteau de la piété.

Si quelqu’un ne revêt pas l’habit de la piété
il devient nu même s’il est tout habillé

Il est propice à l’occasion des dix derniers jours de faire l’I`tikâf (retraite spirituelle). D’après el-Boukhârî et Mouslim, selon `A’icha (radiya Allahou `anhâ) le Prophète (صلى الله عليه و سلم) faisait l’I`tikâf les dix derniers jours du Ramadân, et cela jusqu’à sa mort. D’après Sahîh el-Boukhârî, selon Aboû Hurayra (radiya Allahou `anhou) : « Tous les Ramadân, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) faisait une retraite de dix jours. L’année où il est mort, il a fait une retraite de vingt jours. » S’il faisait une retraite ces dix fameux jours au cours desquels chacun est à l’affût de la Nuit du Destin, c’est pour se couper de toute occupation mondaine, pour se vider l’esprit, pour s’entretenir en privé avec Son Seigneur afin de l’invoquer et de l’évoquer.

La personne en retraite s’enferme pour mieux se plier à Allah et se consacrer au Dhikr (l’évocation d’Allah). Elle décide de couper tout lien avec le monde extérieur susceptible de lui perturber l’esprit. Elle se tourne corps et âme vers Son Seigneur, et se penche sur Sa dévotion. La seule préoccupation qui lui reste, c’est celle de Son Seigneur et la recherche de Son agrément. Une fois que les liens, les sentiments, et une certaine familiarité se sont renforcés entre elle et Lui, elle peut dès lors s’abandonner pleinement à Sa Divinité dans toutes les autres situations.

Allah (soubhânahou wa ta`âlâ) révèle : (Nous l’avons descendu la Nuit du Destin. Et toi tu ne peux savoir ce qu’est la Nuit du Destin. La Nuit du Destin vaut mieux que mille mois) [10]. Selon Aboû Hurayra (radiya Allahou `anhou), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a déclaré au sujet du mois de Ramadân : « Il y a une nuit qui vaut mieux que mille mois, quiconque est privé de ses bienfaits, sera démuni. » [11]. Mâlik a confié : « On m’a rapporté qu’il fut montré au Messager d’Allah les œuvres des générations passées, ou ce qu’Allah a voulu lui montrer. Il a eu l’impression que celles de sa communauté étaient trop justes et qu’elles ne pouvaient rivaliser avec celles des prédécesseurs dont la durée de vie était plus longue. Allah lui a donc offert la Nuit du Destin qui est meilleure que mille mois. »

Concernant les œuvres liées à cette fameuse nuit, il est certifié que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Quiconque se lève la nuit du Destin avec foi et en aspirant à la récompense, il se verra pardonné ses péchés passés. » Se lever consiste ici à l’animer par l’adoration et la prière nocturne. En outre, il a recommandé à `A’icha de se consacrer aux invocations. Soufiyân Thawrî a dit : « Cette nuit-là, les invocations sont meilleures à mes yeux que la prière. » Il veut dire par-là qu’il vaut mieux multiplier les invocations que de faire des prières qui comportent peu d’invocations, mais si l’adorateur alternait entre les invocations et la lecture cela reste une bonne initiative. Le Prophète se consacrait à l’adoration les nuits du Ramadân et psalmodiait le Coran. Il ne lisait pas un Verset évoquant la Miséricorde sans la solliciter ni un Verset évoquant le châtiment sans se réfugier sous la protection divine. Il mêlait ainsi entre la prière et la récitation, entre l’invocation et la méditation. Voici la meilleure combinaison à faire au cours des dix dernières nuits ou autre. `A’icha (radiya Allahou `anha) a demandé au Prophète (صلى الله عليه و سلم): « Vois-tu, si je coïncidais avec la Nuit du Destin, quelle invocation dois-je y réserver ?
– Tu n’as qu’à dire : O Allah ! Tu es Absoluteur et tu aimes le pardon, alors pardonnes-moi ! »

L’Absoluteur fait partie des Noms d’Allah, il signifie qu’Allah passe outre les péchés de Ses serviteurs et qu’Il en efface les traces. Il aime qu’on sollicite Son Pardon et aime pardonner à Ses Serviteurs comme Il aime de la part de Ses Serviteurs qu’ils se pardonnent les uns les autres. S’ils venaient à se pardonner entre eux, Il usera de Son Pardon envers eux. Son Pardon a un ascendant sur à Son Châtiment. Le Prophète(صلى الله عليه و سلم) disait à cet effet : « Je cherche protection auprès de Ton Agrément contre Ta Colère et de Ton Pardon contre Ton châtiment. » [12]

S’il est enjoint de demander pardon la Nuit du Destin après avoir redoubler d’efforts dans les bonnes œuvres au cours de cette nuit en question et des dix dernières nuits en général, c’est parce que les initiés s’évertuent dans les actes sans pour autant se voir dans une situation privilégiée ni à travers les paroles ni à travers les actes. Ils s’en remettent alors à Son Pardon à la manière des pécheurs et des insouciants.

Selon Aboû Hurayra (radiya Allahou `anhou), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Quiconque jeûne pendant le mois de Ramadân avec foi et en aspirant à la récompense, se verra pardonner ses fautes passées. Quiconque prie la nuit du Destin avec foi et en aspirant à la récompense, se verra pardonner ses fautes passées. » Toujours selon Aboû Hurayra (radiya Allahou `anhou), ce dernier a dit : « Quiconque prie les nuit de Ramadân avec foi et en aspirant à la récompense se verra pardonné ses péchés passés. » [13].
Ce hadîth recense trois moyens de se faire pardonner les péchés commis dans le passé. Autrement dit, il faut jeûner le mois du Ramadân, prier durant ses nuits, et durant la Nuit du Destin en particulier. A elle seule, la Nuit du Destin efface les fautes qui ont pu se produire au début, au milieu, ou à la fin des dix derniers jours. Que la personne s’en rende compte ou non, l’absolution des péchés n’attend pas la fin du mois pour se voir effective, contrairement au Ramadân et à la prière nocturne pour lesquels il faut attendre la fin du mois pour en savourer les fruits. Dès que le mois se termine en effet, le fidèle achève le jeûne et les veillées spirituelles. L’absolution des péchés a lieu tout de suite après l’interruption des deux moyens qui ont permis de l’obtenir. Ces deux moyens sont le jeûne pour les journées et la prière pour les nuits du mois du Ramadân.

Une fois les limites du mois franchies, les jeûneurs ont rempli leur devoir. Ils n’ont plus qu’à attendre la récompense qui se traduit par le pardon. En allant à la prière de l’Aïd, leurs récompenses leur sont distribuées. Quand ils rentrent chez eux, ils ont déjà perçu leur dû en entier. La récompense est proportionnelle à l’effort requis ; celui qui n’a pas rempli correctement son devoir devra s’en prendre à lui-même. Salmân affirme à ce sujet : « La prière est une balance, celui qui donne la bonne mesure sera pleinement rétribué, et pour celui qui voudrait tricher vous connaissez pertinemment le sort des tricheurs. » Le Jeûne et les bonnes œuvres en général sont de cet ordre. Celui qui s’acquitte de sa dette compte parmi les serviteurs d’Allah les plus loyaux tandis que celui qui veut tricher alors malheur aux tricheurs ! Honte à celui qui rempli avec soin la mesure de ses passions alors qu’il néglige injustement la balance de son jeûne et de sa prière !

Demain les âmes seront gratifiées de leurs œuvres
Et les laboureurs auront le fruit de leur labeur
S’ils font du bien, ils le font pour eux-mêmes
Et s’ils font du mal alors quel mauvais labeur

Les pieux prédécesseurs faisaient en sorte d’achever leur labeur avec soin et perfection. Se voir accepter les œuvres étant leur second souci, ils avaient la peur au ventre à l’idée de se les voir refuser, et ils (font ce qu’ils font le cœur rempli de crainte) [14]. `Alî (radiya Allahou `anhou) aurait dit : « Soyez plus préoccupés de vous voir accepter les œuvres que de les accomplir. N’avez-vous pas entendu les Paroles d’Allah (`aza wa djal) : (Allah accepte les œuvres des gens pieux). [15] »

Selon el-Hassan : « Allah a fait du Ramadân une arène pour Sa création où ils rivalisent dans Son obéissance pour atteindre Sa satisfaction. Les premiers ont eu la victoire tandis que les retardes à terre ont tout perdu. » Comment peut-on avoir le sourire aux lèvres le jour où les bienfaiteurs sont les vainqueurs et où les paresseux sont les perdants !

Parmi les moyens permettant également de gagner le pardon divin, nous avons le fait de nourrir les jeûneurs et d’alléger la tâche aux esclaves. Il y a de surcroît l’évocation d’Allah et le repentir qui consiste à demander pardon au Seigneur. Les invocations du jeûneur lui sont acceptées aussi bien la journée qu’au moment où il entame son repas. En outre, les anges invoquent le pardon en faveur des jeûneurs jusqu’au soir. Ainsi, il existe de multiples façons de se faire pardonner à l’occasion de ce mois bénit. C’est pourquoi, ne pas obtenir à-propos le pardon, c’est vraiment être le plus démuni du monde ! Quand sera-t-il absout les péchés à celui qui n’aura pas profité de l’occasion ? Quand ses oeuvres lui seront-elles acceptées, si elles ne l’ont pas été au cours de ce mois ? Quand va-t-il se corriger si le Ramadân ne l’a pas fait ? Quand va-t-il guérir de son ignorance et de sa négligence ? Toutes les branches qui ne donnent pas de fruits à l’heure de la cueillette sont coupées pour servir de brasier au feu. Si la terre est mal semée à la saison des graines, il y n’aura d’autre labeur le jour de la récolte que la déchéance et le remord.

Concernant la fin du mois, les personnes inondées par la faute et dont les grands péchés leur font mériter l’Enfer, sont affranchies de ses flammes. Le jour de l’aïd, Allah affranchi de la Géhenne, les grands pécheurs parmi les jeûneurs ; les pervers peuvent rejoindre ainsi les dévots. Etant donné que le pardon et l’affranchissement du feu était le fruit du « carême » et des veillées pieuses, Allah a ordonné au serviteur d’achever cette période en exprimant sa reconnaissance et en proclamant la Grandeur de Son Seigneur en disant : (afin que finissiez ses jours et que vous proclamiez la Grandeur d’Allah qui vous a guidé, ainsi serez-vous reconnaissant) [16]. La façon d’être reconnaissant envers Celui qui a de Sa Faveur permis à Ses serviteurs de jeûner le mois de Ramadân tout en les soutenant dans leur besogne, Lui qui leur a pardonné et qui les a affranchis de l’Enfer, c’est de l’évoquer et de le remercier tout en Le craignant comme il se doit.

O toi dont le Maître a affranchi des flammes ! Méfies-toi de ne pas retomber dans les chaînes de la faute après t’en être délivré. Ton Maître t’éloignerait-il de l’Enfer alors que tu y serais attiré ? A quoi bon t’en sauver si toi tu y replonges sans y manquer ! Il incombe à quiconque veut délivrer son âme du feu à l’occasion du Ramadân de se donner les moyens de le faire, en sachant qu’à cette occasion, ils sont plus que disponibles. Dans le Sahîh d’ibn Khuzayma, il est dit : « Faites en sorte d’abonder de ces quatre choses : deux d’entre elles servent à satisfaire Votre Seigneur, et vous ne pouvez vous passer des deux autres. Celles dont vous vous servez pour satisfaire Votre Seigneur, ce sont : l’attestation qu’il n’y de Dieu en dehors d’Allah et le repentir. Et celles dont vous ne pouvez vous passer, ce sont : quand vous demandez à Allah le Paradis, et quand vous chercher Sa protection contre l’Enfer. »

Chacune des quatre particularités mentionnées dans ce hadîth constituent en elle-même une raison d’être affranchi et pardonner. La parole d’unicité pulvérise et efface les péchés. Elle n’omet aucune faute et rien parmi les œuvres ne peut la devancer en mérite. Elle équivaut à l’affranchissement d’un esclave qui implique l’affranchissement du feu. La parole du repentir quant à elle, constitue l’un des plus grands moyens pour se faire pardonner. Si l’on sait que le repentir consiste à invoquer Allah d’absoudre les péchés, il faut alors garder à l’esprit que l’invocation du jeûneur est exaucée quand il est à jain et juste au moment de casser son jeûne. Au demeurant, Le plus efficace des repentirs s’avère quand celui-ci est accompagné d’un regret sincère. Quiconque demande pardon du bout des lèvres, avec le cœur à la faute attaché, et la ferme intention à la fin du mois de la retrouver, verra son abstinence lui retournée, et les portes de l’acceptation lui fermées. Quant au fait d’implorer l’entrée au Paradis et d’être protégé de l’Enfer, ce sont les invocations les plus essentielles et au sujet desquelles le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a déclaré : « C’est autour de cela que nous tournons. » [17]

Serviteur d’Allah ! Ramadân a prit l’initiative de partir, il n’en reste pratiquement plus rien. Celui qui parmi vous en a profité pour faire le bien, doit finir ainsi, mais celui qui a gaspillé ses heures peut encore finir bien. Les œuvres ne valent que par la dernière d’entre elle. Jouissez donc du peu de jours et de nuits qui vous restent et quittez-le sur une bonne action ; elle pourra témoigner en votre faveur auprès du Roi Omniscient. Faites-lui vos adieux au moment du départ avec les meilleures salutations.

O Ramadân ! Compaties ! Les larmes des bien-aimés affluent et leur cœur devant la douleur du départ se fend. Un instant au moment des adieux peut étouffer ce que les flammes du désir ont brûlé. Un instant de pardon et de regret peut récupérer des empans entiers de Jeûne détruit par le feu. Un cavalier parmi les admis isolé peut très bien récupérer la caravane. L’individu enchaîné dans ses fautes peut tout aussi se libérer. Un individu méritant le feu peut autant en être délivré et un rebelle peut certainement être atteint par la Miséricorde du Maître.

Que les prières d’Allah et Son Salut soient sur notre maître Mohammed, ainsi que sur ses proches, et tous ses Compagnons !

Notes de bas de page :

[1] Morceau de vêtement qui se porte à la taille (N. du T.)
[2] Rapporté par el-Boukhârî et Mouslim.
[3] Rapporté par Ahmed.
[4] Rapporté par el-Boukhârî et Mouslim.
[5] Tâ-Ha ; 132
[6] Le terme Habîb signifie amoureux en arabe, ici en l’occurrence c’est le nom de son mari mais il sous-entend certainement les deux sens (N. du T.).
[7] La vache ; 187
[8] Rapporté par ibn abî `Assim.
[9] Rapporté par Boukhârî.
[10] Le Destin ; 1-3
[11] Rapporté par Ahmed et Nassâ’î.
[12] Rapporté par Mouslim.
[13] Rapporté par el-Boukhârî et Mouslim.
[14] Les croyants ; 60
[15] Le Repas Céleste ; 27
[16] La vache ; 185
[17] Rapporté par Aboû Dawoûd et ibn Mâdja.

Trackbacks/Pingbacks

  1. la nuit du destin - 8 août 2012

    […] (Lire Les dix dernières nuits du Ramadhan (De l’Erudit ibn Rajab el Hanbalî)) […]

Laisser un commentaire