menu 1

Sermon : Les droits du Voisinage

Sermon 05/10/2012 « Le droit du voisinage »

Au nom d’Allah, Le Clément Le miséricordieux.

Louange à Allah. Nous Le louons et Lui demandons aide et pardon.

C’est auprès d’Allah que nous cherchons refuge contre nos vices et les méfaits de nos actes.

Celui qu’Allah guide, nul ne peut l’égarer et celui qu’Allah égare, nul ne peut le guider.

Je témoigne qu’il n’y a de divinité sauf Allah, l’Unique sans associé, et je témoigne que Muhammad est Son Serviteur et Son Messager, que les prières soit sur lui, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

les droits du voisinage et des voisinsAujourd’hui nous restons dans la série des « droits » et le sujet de ce jour est « les droits du voisin,ou droits du voisinage », qui a une grande importance car l’islam veut que l’être humain vive dans la paix, dans l’entente, dans la cohésion sociale. Pour favoriser ceci, Allâh a instauré des règles et parmi ces règles, Il a donné des droits au voisin.

Allah dit dans la sourate les femmes verset 36 « Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain »

Le prophète (صلى  الله عليه وسلم) a dit : « Par Dieu ! Il n’est pas véritablement croyant ! Par Dieu ! Il n’est pas véritablement croyant ! Par Dieu ! Il  n’est pas véritablement croyant ! ». On lui demanda de qui il s’agissait. Il expliqua : « Celui dont le  voisin ne se sent pas à l’abri de sa nuisance !» [ Hadîth rapporté par Boukhârî ]

L’essence de ces paroles nous apprend que le musulman qui a un caractère tel, que ses voisins vivent dans la peur d’avoir affaire à lui, ne peut être considéré comme un vrai croyant. Il ne mérite pas le titre de musulman.

Et dans un autre hadith il dit (صلى  الله عليه وسلم ) :

 « Que celui qui croit en Allah et au Jour Dernier dise du bien ou qu’il se taise ;que celui qui croit en Allah et au Jour Dernier soit généreux envers son voisin ;que celui qui croit en Allah  et au Jour dernier soit généreux envers son invité. »

Rapporté par Al-Boukhariyy et Mouslim

Donc le musulman doit éviter toute façon de nuire à son voisin qu’il soit musulman ou pas, que ce soit par la parole ou par les actes, comme par exemple faire du bruit au moment où les gens ont besoin de se reposer. Il y en a qui mettent la télé « à fond », (ou la radio), dérangent les voisins en discutant en montant les escaliers, dans les seuils de porte,..

L’islam considère ce lien du voisinage comme un lien très sacré, bien sûr sans tenir en compte ni de la nationalité, ni de la couleur, ni de l’ethnie ou n’importe quelle autre différence.

 Ton voisin Qu’il soit chrétien, juif, athée ou autre cela ne change rien pour les droit du  voisinage.

Aicha (Allah soit satisfait d’elle) rapporte : « J’ai dit : « Ô Messager d’Allâh ! J’ai deux voisins. A qui des deux dois-je faire mon cadeau ? » Il dit : « A celui dont la porte est la plus proche de la tienne ». (Al Boukhâri)

Le prophète (صلى  الله عليه وسلم ) a dit aussi : « Le meilleur des compagnons auprès d’Allah est le meilleur pour ses compagnons. Le meilleur voisin auprès d’Allah est le meilleur pour ses voisins » [ Rapporté par Boukhari dans al-Adab al-moufrad, 115 ]

Nous devons nous comporter de la meilleure façon possible avec nos voisins. Les aider en cas de besoin.

Et supporter leur mal. Notre exemple en cela est notre bien aimé (صلى  الله عليه وسلم ).

Notre prophète (صلى  الله عليه وسلم ) avait à la Mecque des voisins qui n’ont cessé de l’ennuyait, ils jetaient leur poubelle devant sa porte, ils mettaient des obstacles dans le chemin de son domicile. Le prophète (صلى  الله عليه وسلم ) s’est plaint chez JIBRIL mais JIBRIL lui répondait à chaque fois : il faut supporter et endurer.

A ce sujet le prophète (صلى  الله عليه وسلم ) a dit « L’Ange Jibril (Gabriel) n’a cessé de me faire des recommandations au sujet du voisin, au point que j’ai cru qu’il allait l’imposer comme héritier.»

[ Rapporté par Al-Bukhârî ]

Après l’immigration de la Mecque à Médine le prophète (صلى  الله عليه وسلم ) avait des voisins non musulmans, malgré cela le prophète (صلى  الله عليه وسلم ) s’est comporté de la meilleure façon avec eux, au point qu’ils étaient fort touchés par ses comportement et se sont convertis à l’Islam et ont suivi son exemple.

L’enseignement prophétique décrit les trois catégories de voisins suivantes :

1ère) le non musulman, qui n’a aucun lien familial ni religieux avec nous, mais il a un droit sur nous, celui du voisinage.

2ème) le musulman : il a deux droits sur vous : le voisinage et la religion.

3ème) le musulman qui est membre de la famille ; celui-là a trois droits : familial, religieux et le droit du voisinage.

Ceci démontre que l’obligation de vivre en harmonie et en bons termes avec les voisins comme le demande l’Islam n’est pas limité seulement aux musulmans mais inclut aussi les non-musulmans. Ils ont aussi droit à notre amitié et à notre sympathie.

Lorsque l’Islam interdit la cruauté envers les animaux et ordonne la bonté à leur égard, que dire alors de l’attitude à adopter envers la meilleure des créatures, l’être humain, plus encore quand celui-ci est notre voisin ?

Il est important de remarquer qu’à aucun moment, dans les injonctions envers les voisins, le Prophète (صلى  الله عليه وسلم ) n’a distingué les musulmans des non-musulmans. Cela montre toute la tolérance et l’esprit de l’Islam.

 

Selon l’enseignement prophétique, chaque personne a des devoirs particuliers envers son voisin :

  •        l’aider en cas de besoin.
  •        Le visiter quand il est malade
  •        Cacher sa faute quand il en commet
  •        Le féliciter de sa richesse
  •        Compatir avec lui dans sa tristesse
  •        Être présent à ses funérailles
  • etc. …

J’arrive au terme de ce sermon et je termine par ces deux histoires qui illustrent bien l’importance de ce qui a été dit précédemment :

Dans un hadith qui est aussi d’actualité aujourd’hui qu’il l’était il y a 1500 ans, notre prophète (صلى  الله عليه وسلم )  fut interrogé au sujet d’une femme qui faisait des prières et des jeûnes surérogatoires et qui donnait généreusement en charité, mais qui ne se retenait pas de parler durement à ses voisins (je cite bien ici elle ne fait que parler de ses voisin – cette actions que nous considérons de nos jour comme une action de rien du tout). Sachez chers frères chères sœurs que le prophète la décrivit comme une personne de l’Enfer, une personne qui serait châtiée pour son comportement répréhensible.

Dans le même hadith, on l’interrogea au sujet d’une femme qui faisait seulement ses prières et ses jeûnes obligatoires et qui donnait peu en charité, mais dont les voisins étaient à l’abri de la mauvaise langue et jamais offensés par elle. Le Prophète la décrivit comme une personne du Paradis.

Qu’Allah nous accorde le paradis !

voisinage

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire