menu 1

Les 4 mois sacrés

Dhoul-Qi3da est le onzième mois du calendrier musulman.
C’est l’un des quatre mois sacrés de l’islam. Pour rappel, les quatres mois sacrés sont MouhaRam (1er mois /12), Rajab (7ème mois/12) ; Dhoul Qi3da (11ème mois sur 12) et Dhoul Hijja (12ème et dernier mois).

D’après el Bukhârî et Muslim, selon Abou BakR, le Prophète (sas) a fait un sermon lors du Pèlerinage de l’Adieu au cours duquel il a déclaré :
« الزمان قد استدار كهيئته يوم خلق الله السماوات والأرض، السنة اثنا عشرا شهرا، منها أربعة حرم، ثلاثة متواليات: ذو القعدة وذو الحجة والمحرم، ورجب مضر، الذي بين جمادى وشعبان. »
« Le temps a fait un tour pour revenir comme le jour où Allah a créé les cieux et la terre. Une année correspond à douze mois parmi lesquels quatre sont sacrés. Trois d’entre eux se succèdent : Dhû el Qi’da, Dhû el Hidja, et Muharram. Le dernier est Rajab de (la tribu) Mudhar, celui qui se trouve entre Jumâdâ et Sha’bân. »
(Rapporté par el Bukhârî et Muslim.)

Allah dit :
{36. Les mois auprès d’Allah sont au nombre de douze dans le Livre d’Allah, le jour où Il a créé les cieux et la terre ; quatre d’entre eux sont sacrés. Telle est la religion droite, alors ne soyez pas injustes envers vous-mêmes durant ces mois.
} Sourate 9 (Attawbah, Le repentir).

Allah nous informe que depuis qu’Il a créé les cieux et la terre, ceux-ci sont en rotation dans l’univers. Il a créé les astres qui ornent le ciel comme le soleil, la lune et les étoiles. Le mouvement du soleil et de la lune dans l’espace est à l’origine des ténèbres de la nuit et de la clarté du jour. Depuis ce temps, l’année compte douze mois si l’on se réfère à la lune. Et l’année musulmane se calcule selon les différentes positions de la lune et non selon la rotation du soleil.

Le Prophète (sas) nous apprend donc qu’il existe quatre mois sacrés au cours de l’année :

  • Dhoul Qi3da
  •  Rajab.

Les Arabes de l’ère païenne ont transformé les lois d’Ibrahim, avec la pratique du Nassi qu’ils ont innovée. Elle consiste à augmenter l’année en lui intercalant pour différentes raisons, un mois de plus. Ils ont ainsi déréglé les saisons du pèlerinage et les mois sacrés. Ainsi, le Hadj tombait parfois en Muharram et d’autres fois en Safar pour revenir (tous les vingt ans) en Dhoul Hidja. Ces pratiques ont duré jusqu’à l’avènement de Mohammed (sas) par l’intermédiaire duquel Allah rectifia la religion d’Ibrahim. Le Pèlerinage de l’Adieu en effet correspondit à Dhoul Hidja. Cette année-là, le temps a repris son cours initial.
Référence : Majmou3 El Fatawa de Cheikh el Islam Ibnou Taïmiya (25/140-141).

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer la raison pour laquelle quatre mois de l’année furent sacrés. Selon Ali ibn Abi TalHa, selon ibn Abbas, Allah a choisi quatre mois de l’année pour les rendre sacrés, et pour que les hommes leur vouent une considération particulière. Ainsi, il est plus grave de commettre des péchés au cours de ces différentes périodes. En parallèle, les bonnes œuvres y sont plus méritoires et bénéficient d’une meilleure récompense. Selon une autre hypothèse, ces mois furent désignés ainsi, car il est interdit de verser le sang au cours de ces périodes. Cette coutume était bien connue des païens de la péninsule, elle remonterait même à l’époque d’Ibrahim.

De nombreuses lois sont liées au mois de Rajab, certaines datant de l’ère païenne. Les savants divergent sur la question de savoir si ces lois se prolongent après l’avènement de l’Islam. Concernant l’immolation, les païens sacrifiaient une bête à l’occasion de Rajab qu’ils appelaient El 3AtiRa. La plupart des savants affirment que l’Islam a annulé une telle pratique. Ils s’inspirent pour appuyer leur opinion du Hadith qu’Al-BoukhaRi et Muslim s’accordent à rapporter, selon lequel le Prophète (sas) a dit, d’après Abou HouReïRa:
« Il n’y a pas dans l’Islam de Fara’ (sacrifice d’un chameau voué aux idoles) ni de 3AtiRa. »
Rapporté par el BoukhaRi & Muslim.

Quant aux divers rituels qui ont lieu à l’occasion de Rajab à l’exemple de la prière, il faut savoir qu’il n’existe aucun texte venant prôner une prière particulière. Tous les propos prophétiques concernant les mérites de Salat ARara-ib qui a lieu la nuit du premier vendredi de Rajab sont purement inventés et sont de surcroît complètement faux. Cette prière est une pure innovation pour la majorité des savants.

Sheïkh El-Islam a fait savoir à ce sujet :
« Salat ARara-ib est une innovation à l’unanimité des grandes références de la religion. Le Prophète ne l’a pas faite ni aucun de ses successeurs. Aucune grande référence de la religion n’a recommandé cette pratique à l’exemple de Malik, Echafi3i, AHmed, Abou Hanifa, EthawRi, El Awza3i, Elaïth, etc. Le texte rapporté à ce sujet est un Hadith inventé à l’unanimité des spécialistes en la matière. Il en est de même pour la prière que l’on consacre la nuit du premier vendredi de Rajab, celle de Laïlatou el Mi3Raj (la nuit de l’Ascension), l’Alfiya au milieu du mois de Sha3bân, la prière du dimanche, celle du lundi, et d’autres jours de la semaine. Bien que certains auteurs de RaQa-iQ aient mentionné ces textes, il n’y a aucun désaccord entre les spécialistes du Hadith pour dire qu’ils sont purement inventés, en sachant également qu’aucune grande référence parmi les anciens n’a recommandé ce genre de pratiques. D’autant plus que d’après Muslim dans son SaHiH, selon Abû HouReïRa, le prophète (sas) a déclaré:
« Ne consacrez pas la nuit du vendredi pour prier ni la journée du vendredi pour jeûner. »
Les Hadiths qui parlent de jeûner la journée du vendredi, de prier la nuit des deux fêtes de l’Aïd ou le jour de 3ÂshouRa, sont de purs mensonges à l’encontre du Prophète (sas), mais certes Dieu Seul sait ! »

Quant au Jeûne, aucun texte venant du Prophète (r) ou de ses Compagnons n’affirme qu’il y ait un certain mérite à jeûner spécialement au cours du mois de Rajab.
Tous les Hadiths à ce sujet sont faibles, ils sont même inventés. C’est pourquoi, les gens de science ne s’appuient sur aucun d’eux.
Quoi qu’il en soit, certains Compagnons à l’instar d’ibn ‘Abbâs, d’ibn ‘Omar, et d’Anas ibn Mâlik déconseillaient de jeûner pendant tout le mois de Rajab. Omar Ibnou Al-Khatab allait jusqu’à frapper sur les mains des gens pour les forcer à manger. Il leur disait de ne pas faire comme le Ramadan. L’Imam EShafi3i pour sa part n’approuvait pas que l’on fasse un mois de jeûne en entier en dehors du Ramadan. Il s’est inspiré pour asseoir son opinion sur les paroles de Âisha, selon lesquelles le Messager d’Allah (sas) ne s’est jamais voué un mois entier au jeûne en dehors du Ramadan.
Rapporté par Muslim.

Il leur disait de ne pas faire comme le Ramadan. De manière générale, le Prophète (sas) a encouragé à jeûner durant les mois sacrés, sans toutefois offrir à Rajab un statut particulier. Au demeurant, venant juste avant le mois du Jeûne, Sha3ban est le mois au cours duquel le Prophète s’adonnait le plus au jeûne surérogatoire, sans toutefois y avoir jeûné tous les jours.

Quant à la OmRa , Âisha (ra) a démenti les paroles d’Ibnou Omar (ra) disant que le Prophète (sas) a fait la OmRa au mois de Rajab, bien qu’elle-même le faisait. Bien sûr, Ibnou Omar l’effectuait, mais aussi son père le deuxième Khalife qui privilégiait Rajab pour cette occasion, tous comme les anciens en général. En fait, la meilleure formule du Hadj, c’est de lui consacrer deux voyages, un pour le pèlerinage en question et un autre en dehors de la saison du Hadj.
Rajab semble tout désigner pour cela, car il se trouve au milieu de l’année sans pour autant que la OmRa ait une valeur particulière à cette période.

Le seul texte concernant les mérites de Rajab, c’est le Hadith selon lequel le Prophète (sas) a dit :
« Ôh Allah ! Bénis-nous le mois de Rajab et de Sha3bân et fais-nous parvenir au mois de Ramadhan. »
Rapporté par Ahmed, selon certains savants, l’authenticité de ce Hadith est discutable.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire